Confinement : après Nice, une autre ville alerte les autorités sanitaires, le taux d’incidence est vraiment élevé

Le confinement a été validé pour les Alpes-Maritimes à cause d’un taux d’incidence assez élevé, mais une ville semble être inquiétante.

Dunkerque
Source : capture Pixabay

Emmanuel Macron se donnait 8 à 10 jours pour tenter d’étudier la situation afin de proposer ou non de nouvelles mesures. Alors que la tension est à son comble dans les Alpes-Maritimes, le préfet a annoncé le 22 février que le confinement local avait été validé par les autorités compétentes. Il prendra alors effet à la fin de la semaine pour une durée de 15 jours et il sera valable uniquement le week-end. De plus, les commerces de plus de 5000 mètres carrés sont invités à fermer leurs portes au même titre que d’autres enseignes. Nice et le littoral sont donc confinés pendant les deux prochains week-ends, mais la situation pourrait finalement être semblable du côté de Dunkerque.

Un taux d’incidence de 900 cas pour 100 000 habitants

Comme avait pu le préciser au cours de l’une de ses conférences de presse, c’est le taux d’incidence qui permet ou non de valider le confinement. A Nice et plus généralement, dans les Alpes-Maritimes, il est très élevé puisque les chiffres montrent 577 cas pour 100 000 habitants. Nice est toutefois au coeur des attentions avec notamment 741 cas pour 100 000 habitants.

  • Le maire de Dunkerque demande au de réagir au vu des conditions sanitaires de sa ville.
  • Le taux d’incidence est très élevé, les autorités compétentes pourraient alors valider le confinement local comme c’est le cas dans une partie du sud.
  • Dans un communiqué partagé par l’Agence régionale de , nous apprenons que la situation est en train de se dégrader.

En ce qui concerne les cas du variant anglais, ils semblent aussi croître comme le révèle le maire de la ville dans un communiqué de presse. Il demande donc une entrevue avec le Premier pour faire un point sur la situation sanitaire du territoire. Apparemment, les inquiétudes pour Dunkerque seraient aussi nombreuses que celles pour Nice et son littoral. Avec les vacances scolaires, certaines personnes ont décidé de partir dans le sud de la France afin de profiter du soleil.

Certaines images qui circulent sur le web montrent des habitants qui prennent un peu de bon de temps au soleil sans, forcément, respecter les gestes barrières. Est-ce la cause de cette envolée des cas ?

La préfecture suit la situation de très près pour Dunkerque

Dans les colonnes de 20 minutes, nous apprenons que la préfecture suit assez vigoureusement la situation à Dunkerque. Alors que le ministre avait fait le déplacement en Moselle à cause de la situation sanitaire, le gouvernement n’avait pas décidé de changer les dates pour les vacances scolaires ou d’appliquer un confinement. Ce dernier est valable uniquement pour Nice et son littoral puisque le taux d’incidence s’envole. Il faudra donc attendre les prochains jours pour savoir si l’État opte pour la même configuration pour Dunkerque.

Avec les Alpes-Maritimes, Emmanuel Macron, qui souhaitait donner un peu de souffle aux Français, pourrait se servir de cette situation pour tester les avantages des restrictions et du confinement local. Si ce dernier porte ses fruits dans les prochains jours, nous pouvons donc imaginer qu’il sera validé pour toutes les régions ou les départements qui se retrouveront avec un taux d’incidence assez élevé. Pour l’instant, Dunkerque est sous surveillance et en fonction de l’évolution de la situation, d’autres mesures pourraient être prises.

Il faut savoir que la zone A a retrouvé les bancs de l’école alors que la zone C se retrouve au coeur de sa dernière semaine de vacances. Il faudra suivre les prochaines conférences de presse pour en savoir un peu plus sur les éventuelles prochaines mesures.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.